Vous êtes ici : Accueil > Administratif > Calendriers scolaires > Enquête Rythmes rentrée 2015 - aides
Publié : 17 janvier 2015

2014/2015

Enquête Rythmes rentrée 2015 - aides


ENQUÊTE SUR LES RYTHMES SCOLAIRES
Afin d’améliorer l’organisation actuelle, nous vous remercions de prendre le temps de remplir ce questionnaire (voir en bas d’article) et de le rendre à l’enseignant de votre enfant avant jeudi prochain 22 janvier 2015.


Ci-dessous, quelques éléments pour vous accompagner dans vos réflexions (en version pdf ici).


Un comité de pilotage


Conformément à la loi, la réforme des rythmes scolaires a été mise en place à la rentrée 2014 dans les écoles publiques de Bléré.
Le dispositif consistant à placer les activités (TAP) sur le temps de pause méridienne a été choisi dans le courant de l’année scolaire dernière.
D’autres municipalités ont fait d’autres choix, comme par exemple, placer les activités en fin de journée, chaque jour, ou en fin de journée, deux jours par semaine.


Un comité de pilotage, constitué de tous les représentants de la communauté éducative, a été mis en place.
Sous la présidence de Monsieur le Maire, il se compose de cinq élus municipaux, cinq représentants des enseignants, cinq parents d’élèves, trois représentants d’associations intervenant dans le cadre des TAP et deux représentantes du personnel municipal. Il a pour tâche d’évaluer le dispositif existant, de pallier les difficultés éventuelles rencontrées
et d’améliorer le dispositif pour cette année scolaire.
Vous savez que toute l’équipe municipale est attachée à la concertation qui favorise la prise de décision.
Dans cet esprit, nous avons décidé, de mener une enquête auprès de toute la communauté éducative (parents, enseignants, intervenants, personnel municipal).
Cette enquête doit mettre en lumière le ressenti de tous sur l’organisation du temps scolaire et sur les TAP actuels et, d’autre part, doit proposer des améliorations de l’organisation des temps scolaires et périscolaires avec la ferme volonté de privilégier le bien-être et la réussite de nos enfants.


Le dispositif choisi, dans le cadre de la loi, pour les années scolaires prochaines sera élaboré par le comité de pilotage, qui devra tenir compte des résultats de cette enquête. Le Conseil Municipal sera ensuite amené à se prononcer.


Pour vous aider à remplir l’enquête


Pour l’organisation des rythmes scolaires dans nos deux écoles, deux questions demandent de votre part des décisions qui ne sont pas nécessairement faciles à prendre. Faut-il travailler le mercredi ou le samedi ?
Comment organiser et où placer les activités des TAP ?
Les membres du comité de pilotage vous présentent des arguments qui pourront vous aider dans vos choix. La liste des arguments n’est sans doute pas exhaustive, mais nous avons essayé d’en donner suffisamment pour vous aider.


Le choix mercredi - samedi


Nous avons constaté que la semaine de 5 journées de classe consécutives fatigue les enfants, y compris les PS de maternelle qui font la sieste.
La question du travail le samedi matin au lieu du mercredi matin peut légitimement se poser.

Travailler le samedi, c’est :
- Mieux respecter le rythme de l’enfant.
- Créer une coupure consacrée au repos en milieu de semaine qui permet de recharger les batteries.
- Pour les parents qui travaillent, rencontrer régulièrement les enseignants.
- Permettre des activités pour les associations (sportives ou culturelles) le mercredi toute la journée.
- Alléger le dernier jour de la semaine, ce qui est plus doux (3 h) à l’approche du week-end.
- Éviter deux soirs consécutifs où l’enfant peut se coucher tard (vend-sam) ce qui peut le fatiguer pour la reprise du lundi
- Éviter qu’après deux jours de coupure, les enfants reviennent moins disponibles pour les apprentissages le lundi matin.



Travailler le mercredi, c’est :
- Permettre un week-end long consacré au repos ou permettant les départs éventuels.
- Faciliter la gestion des week-ends partagés pour les enfants de parents séparés.
- Permettre des activités pour les associations (sportives ou culturelles) le samedi matin.
- Occasionner moins de garderie payante pour les enfants le mercredi.


Le choix d’un dispositif d’organisation du temps à l’école


Beaucoup d’élèves participent aux activités TAP.
Sur le temps du midi seuls les enfants qui ne mangent pas à la cantine n’y participent pas.
Dans les communes où les TAP sont placées en fin de journée, le pourcentage de participation reste très élevé (environ 80 % à 90 %). Cela représenterait pour notre école maternelle entre 75 et 85 élèves et pour notre école élémentaire entre 200 et 210 élèves.


Quatre scénarios vous sont proposés ci-après.
Avant de prendre votre décision (classer ces scénarios par ordre de préférence), veuillez lire les arguments que nous vous proposons.

A noter :
1. Il est possible que nous soyons obligés de changer l’heure de début de classe le matin (problème de cars - nous consultons à ce sujet le Conseil Général et la Communauté de Communes).
2. Il pourrait être envisagé un dispositif différent pour l’école maternelle et pour l’école élémentaire, les petits n’ayant pas les mêmes besoins, ni les mêmes contraintes horaires que les grands. Quelle que soit la décision prise, les horaires de début et de fin de classe seraient obligatoirement identiques.


 


Formule n° 1 : « 2 journées longues / 2 journées courtes » :


01


Pistes de réflexion :

  • On ne réforme que la moitié du temps de l’enfant. Seules 2 journées sont impactées par la réforme des rythmes.
  • Une journée longue et une courte entraîne peu de régularité dans le rythme de l’enfant. Pour les petites sections, il faut réveiller les enfants à 15 heures deux fois par semaine.
  • Cela offre la possibilité pour certains enfants de rentrer chez eux plus tôt. Cela peut être aussi une difficulté pour les parents de venir les chercher.
  • Cela entraîne une irrégularité des horaires de sortie.
  • Le recrutement des intervenants peut être rendu plus difficile car ils sont sollicités au même moment par d’autres communes.
  • Cela oblige à recruter 12 personnes en élémentaire et 7 en maternelle 2 fois par semaine. Il faut également trouver 19 lieux pour tous les enfants.
  • En termes de sécurité, se pose la difficulté de savoir qui doit partir et qui doit rester à 15 h.
  • Pour les enseignants, ils peuvent organiser 2 fois par semaine des réunions de concertation ou avec les parents plus tôt.
  • Les horaires de la cantine redeviennent ce qu’ils étaient avant avec les difficultés constatées : bruit, énervement dû au grand nombre.
  • Enfin 1 heure 30 est une durée jugée trop longue pour certaines activités.


Formule n° 2 : « aménagement de la pause méridienne » :


02


Pistes de réflexion :

  • Il y a une régularité des horaires avec une régularité des heures de sortie sauf le vendredi mais la journée n’est raccourcie que d’1/4 d’heure (sauf le vendredi).
  • Toutes les journées sont impactées par cette formule.
  • Cela entraîne moins d’ateliers en même temps ce qui facilite à la fois le recrutement des intervenants mais aussi le nombre de salles à leur attribuer pour fonctionner. Pour l’élémentaire, c’est 7 intervenants et donc 7 lieux mobilisés en même temps au lieu de 12.
  • Une heure d’activité pour les enfants est jugée adaptée.
  • Dans le même temps, il y a un aspect imposé des TAP, sans doute à améliorer et avec une difficulté pour intégrer les enfants qui rentrent manger chez eux.
  • Le temps de récréation du midi des enfants est de 25 à 30 minutes pour l’élémentaire.
  • Pour la maternelle, le temps de récréation du midi est presque inexistant.
  • Il manque une coupure entre le temps scolaire et l’activité TAP.
  • Tous les enfants sont toujours dans l’enceinte scolaire (sécurité).
  • Pour la cantine, les enfants du cycle 3 mangent plus tard (après 13 heures). 
  • Les enfants déjeunent avec beaucoup moins d’élèves en même temps. Le personnel de cantine a moins d’enfants à gérer et à surveiller en même temps.


Formule n° 3 : « Aménagement des TAP 1 heure le soir » :


03


Pistes de réflexion :

  •  L’entrée de l’école est avancée de 15 minutes.
  •  Il y a une régularité des horaires. Chaque journée de classe est raccourcie d’une heure. La matinée est plus longue 3h15 au lieu de 3h.
  •  Le recrutement des intervenants peut être rendu plus difficile car ils sont sollicités au même moment par d’autres communes.
  •  Cela oblige à recruter 19 personnes trois fois par semaine et à trouver les lieux correspondants.
  •  Les enfants mangent tous au même moment à la cantine. La pause est d’1h30 et tous les enfants sont surveillés ensemble avec les difficultés constatées : bruit, énervement dû au grand nombre.
  •  Il apparaît la nécessité de mener un projet autour du temps de cantine et de son aménagement.
  •  Cela offre la possibilité pour certains enfants de rentrer chez eux plus tôt. Cela peut être aussi une difficulté pour les parents de venir les chercher.
  •  Cela souligne l’aspect facultatif des TAP.
  •  En termes de sécurité, se pose la difficulté de savoir qui doit partir et qui doit rester à 15 h 30.
  •  Garderie de 15 h 30 à 16 h 30 le vendredi.


Formule n° 4 : « Aménagement des TAP 3/4 d’heure le soir » :


04


 Pistes de réflexion :

  •  Il y a une régularité des horaires. Chaque journée d’enseignement est raccourcie de 3/4 d’heure.
  •  Cela offre la possibilité pour certains enfants de rentrer chez eux plus tôt. Cela peut être aussi une difficulté pour les parents de venir les chercher.
  •  Cela souligne l’aspect facultatif des TAP.
  •  Cela oblige à recruter 19 personnes quatre fois par semaine et à trouver les lieux correspondants.
  •  Le recrutement des intervenants peut être rendu plus difficile car ils sont sollicités au même moment par d’autres communes.
  •  Cela entraîne l’impossibilité de mener ces activités en dehors de l’école car 3/4 d’heure, c’est trop court pour se déplacer. Par voie de conséquence, cela oblige à trouver 19 lieux d’activités sur les deux écoles.
  •  3/4 d’heure est un temps jugé trop court par certains intervenants.
  •  En termes de sécurité, se pose la difficulté de savoir qui doit partir et qui doit rester à 15 h45.
  •  Les enfants mangent tous au même moment à la cantine. La pause est d’1h30 et tous les enfants sont surveillés ensemble avec les difficultés constatées : bruit, énervement dû au grand nombre.
  •  Il apparaît la nécessité de mener un projet autour du temps de cantine et de son aménagement.


L’enquête est en téléchargement ci-dessous.

Documents joints